Si j’enlève tous les Tremblay?

«J’enlève toutes les vis qu’j’ai posées. J’suis sûr qu’la bâtisse va tomber» chantait Paul Piché. Cette chanson m’a inspirée quelques questions : «J’enlève tous les Tremblay d’la Haute-Côte-Nord. La région va-t-elle se vider?» «L’apport démographique des Tremblay dans la région est-il surestimé?»

Mais la principale question : En l’absence des Tremblay, QUI? Qui prendrait le haut du pavé? Quel patronyme deviendrait le plus populaire de notre MRC?

BEST vs EST
La Haute-Côte-Nord forme un tout, divisible en deux secteurs, BEST et EST. La présence (ou l’absence) des Tremblay, aux racines exclusivement charlevoisiennes, en est le reflet. Même si ma méthodologie n’est point scientifique et rigoureusement exacte, elle nous donnera un portrait assez précis.

Pour ce faire, nous utiliserons les données du recensement de 1911, notez qu’à ce moment, les cantons Laval et Latour sont quasi déserts. Comme point de comparaison, des données plus récentes d’un point de vue historique, datant de 2003 approximativement. Nous voilà à la question cruciale, en l’absence de Tremblay, quel patronyme deviendrait plus populaire dans chacun de nos villages? Et… les Tremblay, démographiquement parlant, ont-ils une réelle importance dans toutes nos localités?


Tadoussac : Les Hovington, naturellement tous apparentés, sont majoritaires en 1911 (8,37%) et deviendront ex æquo avec les Boulianne en 2003 (5,49%). Ils battent facilement les Tremblay qui ne récoltent qu’un maigre 2,83% de la population en 1911 et font à peine mieux en 2003 avec 4,30%.

Sacré-Cœur : Les Gauthier dominent en 1911 (10,57%) alors que les Tremblay ne récoltent que 9,83%. Profitons-en pour mentionner qu’on devrait dire Gonthier, de plus, contrairement à la croyance populaire, ils ne sont pas tous apparentés, il s’agit de deux souches différentes. Les Gauthier seront détrônés au XXIe siècle par les Dufour (12.57%). Et le nombre de Tremblay, toujours à la baisse, frôle à peine 5%.

Bergeronnes : Les deux grandes familles Lapointe et Bouchard arrivent ex æquo en 1911 (8,26%) mais loin derrière les Tremblay (16,27%). Les Bouchard prennent la tête en 2003 (7,87%), éclipsant même les Tremblay (3,85%). Les Bouchard proviennent de plusieurs ancêtres différents, ce qui explique leur nombre.

Escoumins : Étonnamment, Létourneau (6,11%) arrive bon deuxième en ce lieu après les Tremblay (8,85%) en 1911. Ils perdent leur place au profit des Bouchard en 2003 (6,86%) alors que 9,84% des Escouminois portent le patronyme Tremblay.


Longue-Rive : Avouons que les Tremblay sont difficilement délogeables avec 40,71% de la population en 1911. Les Martel (6,42%), pratiquement tous issus d’Arsène et Anathalie Simard (mariés aux Éboulements en 1858), ne peuvent rivaliser. Ces derniers se font devancer par les Bouchard en 2003 (7,07%) alors que les Tremblay comptent encore pour 24,06% des habitants.

Portneuf-sur-Mer : Les descendants de Pascal Émond et Marie-Louise Fortin, dominent le paysage autant en 1911 (13.82%) qu’en 2003 (12,13%), sans pour autant déloger les Tremblay qui passent de 31,34% à 20,54% en 2003.

La baisse considérable des Tremblay, autant à Longue-Rive qu’à Portneuf, s’explique par l’ouverture des cantons plus à l’Est au temps de la crise des années 1929-30. Plusieurs familles de Tremblay s’expatrieront dans les cantons Laval et Latour, lors de la migration agricole de 1931. D’où la dominance nette du nom en ce lieu. L’absence de données pour l’année 1911 s’explique par le fait que les cantons étaient pratiquement déserts à l’exception de quelques petits hameaux.

Forestville : Aucun chiffre pour 1911. En 2003 les Gagnon (3,78%) éclipsent les tentatives des autres patronymes de supplanter les Tremblay qui représentent 15,63% de la population.

Colombier : Aucun chiffre pour 1911. Ignorons les hameaux disparus. Concentrons-nous sur 2003 où les Gauthier seraient au premier rang avec un maigre 4,86% car les Tremblay représentent 25,46% de la population de ce territoire.

Finalement?
Sans les Tremblay, La Haute-Côte-Nord serait-elle dépeuplée? La MRC forme un tout, divisible en deux secteurs, BEST et EST, et la présence des Tremblay en est un reflet. Quant à savoir si leur apport démographique est surestimé, tout dépend de quel secteur nous sommes issus. Les Tremblay représentent 5,75% de la population du secteur BEST alors qu’ils comptent pour près du quart des habitants du secteur EST avec 21,42%.

En l’absence de Tremblay, notre paysage serait particulièrement garni de Bouchard et de Gagnon, vous l’aviez sûrement deviné?

Mais vous, seriez-vous ici?
Oui, oui! Vous, qui avez sûrement quelques Tremblay
cachés dans un recoin de votre arbre généalogique…

 

Un "tip" pour l'auteure!?

Il vous suffit de déplacer le curseur afin de choisir le montant du tip!
Paypal est trop complexe?
Vous pouvez faire un virement  INTERAC à l'adresse suivante :
admin@finmot.net
mot de passe : histoire
Vers la droite, ça coûte plus cher!
C'est généreux!
C'est cher pour un texte, non?
Vous êtes certain?
Ben coudon!
Thank you very much !

Pssst!
La langue française, si belle et si précieuse, demeure néanmoins ardue à écrire. Si vous voyez des fautes, s.v.p., ne vous gênez pas de commenter afin de les souligner. Merci!

1 commentaire sur “Si j’enlève tous les Tremblay?

  1. Doris Hamelin

    Il n’y a donc pas seulement au Saguenay où il y a beaucoup de Tremblay…je ne savais pas ce fait!

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *