Peurs pandémiques

 

Les habitué(e)s du défunt site/Facebook Généalogie Haute-Côte-Nord ont encore en mémoire le marathon de l’automne 2018. Nous avions alors revécu, jour après jour, l’épidémie de la grippe espagnole. Pour plusieurs l’expérience se révéla troublante et révélatrice. Nos ancêtres, des survivants, dans une région sans ressource, méritaient notre admiration, particulièrement lors de catastrophes comme des épidémies.

Si la grippe espagnole demeure toujours dans la mémoire collective, elle n’est pas la seule pandémie à s’être abattue sur la région… Petit tour d’horizon des prédécesseurs du Covid-19 ou Coronavirus.

Avant les médias
Les RDI et LCN n’ont rien inventé. Ils ne sont qu’une continuité des annonces aux prônes des paroisses. La peur d’hier n’avait pas besoin des médias… le curé s’en chargeait!
(25 avril 1875) : «G. m. [Grande messe] jeudi à 7½h en l’honneur de Ste-Anne recommandée par Mgr l’Archevêque pour obtenir d’être préservés de la picote.»

La variole de 1885
(20 septembre 1885) : «Recommander aux prières Joséphine Gaudreau et Thomas Gagnon de Cap Chatte. Remarque, le dernier (Thomas Gagnon) meurt ici le 20 septembre de la picote. La contagion se répand dans la paroisse; environ 40 personne en sont atteintes et 8 y succombent.»

(11 octobre 1885) : «Remarques à propos de la picote et précautions à prendre pour s’en préserver – […] – Gm [Grande messe] contre la picote demain à 7½h»

(18 octobre 1885) : «Être prudent à l’égard des variolés; il est important de se faire vacciner – La picote dans la paroisse ne doit pas empêcher de venir à la messe le dimanche.»

On parle ici de la variole et non de la varicelle. La région sera relativement épargnée par la pandémie, ce qui n’est pas le cas des grands centres. Nos gens seront-ils dociles pour se faire vacciner? Une émeute anti-vaccin éclatera à Montréal.
Laissez l’historien Laurent Turcot, vous raconter :

 1904, la diphtérie
Santé Canada explique : «La diphtérie est une maladie causée par une bactérie qui affecte les muqueuses, surtout celles des voies respiratoires supérieures ainsi que la peau. La bactérie se transmet le plus souvent par contact entre personnes. Depuis la mise en place de programmes de vaccination dans les années 1930, la diphtérie est rare au Canada.»

Le 18 janvier, le curé Édouard Boily des Escoumins annonce aux prônes :

 

Principalement Sacré-Coeur et Les Escoumins seront touchés, au début de l’année 1904, par cette maladie.

 

1918, la grippe espagnole
Les visiteurs réguliers se souviendront de l’automne 2018 alors que nous avions revécu, quotidiennement sur Facebook, la pandémie. Jour après jour les annonces de fermeture des églises, théâtre, lieux d’amusement. Mais surtout, les décès, les trop nombreux décès pour un si petit territoire.

Forte hausse des décès dans la région en 1918.

Parallèlement aux publications Facebook, chaque semaine, notre hebdo publiait un petit texte, un compte-rendu à 100 ans d’écart, des décès survenus dans les villages.
Les quatre chroniques soulignant les 100 ans de la grippe espagnole :

Pour avoir une vision plus large de la pandémie de la grippe espagnole, on visionne cet épisode de L’histoire nous le dira avec Laurent Turcot :

La grippe espagnole donna naissance à deux petits héros dans la région, vous pouvez lire leur histoire :

À l’ombre de la Jamboise

 

1957, la grippe asiatique
Naturellement, il existera plusieurs autres épidémies. On terminera avec la grippe asiatique de 1957 pour sa ressemblance avec le coronavirus.
Selon le gouvernement du Québec : «Pandémie mondiale de grippe qui se propagea en 1958 et en 1959, mais qui fut, malgré le nombre élevé de 4 millions de décès, moins grave que celle de la grippe espagnole, et dont l’agent infectieux était le sous-type H2N2 de l’influenzavirus de type A.»
En l’espace de quatre mois le virus d’abord observé en Chine s’étendra à Singapour et Hong Kong en avril. C’est en juin qu’elle arrive en Amérique. En octobre, le gouvernement ferme les écoles partout au Québec. Le virus suit les routes terrestres et maritimes et gagne la totalité du monde en six mois.

Juste comme ça…
Je ne crois pas que le virus se déplaçait seul!

 

Dans la région, les écoles fermeront pendant deux semaines entre le 20 octobre et le 5 novembre selon les prônes de la paroisse Ste-Anne de Portneuf-sur-Mer.

Fermeture des écoles à Québec mais aussi dans notre région. Le Soleil, 21 octobre 1957.

Finalement, le Coronavirus?
N’en doutons pas, nous vivons un morceau d’histoire de l’humanité. Le virus n’est ni plus ni moins dangereux que les autres. La seule différence, c’est l’éducation. Nous savons maintenant comment se propage la maladie et agissons en conséquence. Enfin, presque…

Nous croyons que la technologie moderne vient à bout de tout… pourtant, la technologie ne peut rien faire devant la nature. Que ce soit une rivière qui reprend son lit, une tempête de verglas qui s’abat sur des pylônes électriques ou un feu qui décime un coin de forêt.

L’humain doit avaler sa pilule et attendre que ça passe… chez-lui! Ainsi s’aplanira la courbe!

Pour en savoir plus, visiter cette page du magazine L’Actualité

 

Pssst! N’oubliez pas de vous lavez les mains en quittant le site!

 



Soyez avisé par courrier
à chaque parution d'une nouvelle chronique.
Abonnez-vous à notre courriel d'information.


Un "tip" pour l'auteure!?

Il vous suffit de déplacer le curseur afin de choisir le montant du tip!
Paypal est trop complexe?
Vous pouvez faire un virement  INTERAC à l'adresse suivante :
admin@finmot.net
mot de passe : histoire
Vers la droite, ça coûte plus cher!
C'est généreux!
C'est cher pour un texte, non?
Vous êtes certain?
Ben coudon!
Thank you very much !

Pssst!
La langue française, si belle et si précieuse, demeure néanmoins ardue à écrire. Si vous voyez des fautes, s.v.p., ne vous gênez pas de commenter afin de les souligner. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *