Illégitimes en Charlevoix (4) :
Le cas d’Agathe Gagné

Faussement «Montagnétisée» en 1996, par un douteux ajout à l’addenda du recueil généalogique du Père Éloi-Gérard Talbot, le nom d’Agathe Gagné doit plutôt s’aligner avec les illégitimes de Charlevoix. Il suffit de parcourir les registres des paroisses, où on la cite comme témoin, pour le comprendre. Tous les indices nous mènent ailleurs. Allons donc vers cet ailleurs.

La fameuse inscription à l’addenda.

Note aux lecteurs : Les textes de ce dossier, résultats de longues recherches généalogiques, peuvent rebuter le lecteur moins familier avec le genre. Débuter par l’introduction afin de comprendre le contexte historique, aidera à une meilleure compréhension des histoires.

À travers les registres
À son mariage, avec Bernard Boulianne, le 7 novembre 1801, à La Malbaie, on la mentionne comme  «Agathe, fille mineure de cette paroisse». Cités comme témoins : «[…] Louis Boulianne, frère, servant de père; François Boulianne, aussi frère; Pierre Laberge, ami de l’époux et de Basile Barrette, servant de père, Ignace Brisson et Jérôme Girard amis de l’épouse […] ». C’est alors le curé Jean-Baptiste Antoine Marcheteau qui inscrit le mariage aux registres.

«Agathe, fille mineure de cette paroisse», expression consacrée afin de désigner les enfants nés hors mariage. Mineure, donc née après juillet 1780; Agathe, prénom peu commun pour l’époque, nous aidera à retrouver son baptême. Afin de rendre le tout plus aisé, retrouvons son acte de décès, afin de connaître approximativement son âge. On le retrouve aux registres de la Malbaie, en date du 27 janvier 1873 :

«[…] avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse, le corps de Agathe Gagné, épouse de feu Bernard Boulianne de cette paroisse, décédée l’avant-veille à l’âge d’environ quatre-vingt-dix ans […]»

Reculons 90 ans en arrière afin de trouver le baptême d’une enfant illégitime prénommée Agathe. Selon le LAFRANCE (sur l’Institut Drouin), entre 1782 et 1784, trois enfants prénommées Agathe (sans patronyme) viendront au monde. Une à L’Assomption, en décembre 1782, une autre à Montréal en juillet 1783 et enfin, une à La Malbaie le 8 novembre 1783. Soyons réaliste, il s’agit de notre Agathe.

C’est le missionnaire Pierre-Joseph Compain qui la baptise. Le problème est qu’il baptise quatre enfants en même temps, on doit donc être attentif afin de départager le baptême d’Agathe, colorons les inscriptions pour chaque enfant afin de vous aider :

Acte de baptême d’Agathe, née de parents inconnus

La famille
Agathe donnera sept enfants à Bernard Boulianne. Chacun des actes concernant ses enfants sont de précieux indices pour comprendre son histoire. D’abord voyons comment les prêtres la désigneront car son nom change au gré des curés.

Baptêmes des enfants d’Agathe et Bernard Boulianne

Outre les baptêmes de ses enfants, on la retrouvera comme marraine à dix reprises, à La Malbaie. Huit fois sous le nom d’Agathe Gagné, une fois comme Agathe Laparoisse, possiblement une abréviation de «Agathe de cette paroisse» et une fois sous Agathe Muré (lire Murray), un classique! Et nous avons vu son inhumation sous le nom de Gagné.

La filiation d’Agathe
Ses apparitions, comme marraine, nous donnent quelques pistes quant à sa filiation.  En date du 5 janvier 1802, lors du baptême d’un enfant de Jean Gagné (fils d’Ignace et Victoire Labranche) et Marie-Anne Gaudreau. L’enfant, prénommée Marie-Anne aura comme parrain et marraine : «Parrain, Damasse Gagné, la marraine Agathe femme de Bernard Boulianne, oncle et tante de l’enfant

Le patronyme Gagné n’étant pas très commun dans Charlevoix, difficile de ne pas faire le lien entre elle et cette famille.  Toujours aux registres de La Malbaie, le 8 août 1820, Bernard Boulianne, époux d’Agathe, sert de témoin au mariage d’Éloi Gagné, fils d’Ignace et Victoire Labranche. On ne précise aucun lien entre lui et l’époux par contre. Enfin, l’indice ultime, la dispense «du second au troisième degré de consanguinité» lors du mariage de Xavier Gagné (fils de Joseph-Marie Gagné) et d’Adélaïde Boulianne (petite-fille d’Agathe) en 1857. Ce lien, possible par une seule lignée, dévoile, en partie, la vérité.

Lien entre Adélaïde, petite-fille d’Agathe et son époux, Xavier Gagné.

Tous les indices mènent à la famille d’Ignace Gagné & Victoire Labranche.

Famille d’Ignace Gagné et Victoire Labranche

Agathe Gagné serait de la lignée d’Ignace? Mais comment peut-elle être à la fois la petite-fille et la fille d’Ignace et Victoire? Tante de l’enfant de Jean, donc, fille d’Ignace et Victoire. Par contre, selon la dispense au mariage d’Adélaïde, elle serait la petite-fille d’Ignace et Victoire.

Outre une scabreuse histoire d’inceste entre un père et sa fille, la seule piste logique et commune pour l’époque : Agathe, fille naturelle de Marie, l’ainée et la seule en âge de procréer, aura été intégrée à la famille, comme un membre à part entière. À ne plus savoir si elle en était la fille ou la petite-fille… surtout que l’oncle Éloi pourrait être son frère.

Agathe serait la première enfant naturelle de Marie Gagné qui n’a pas fini de faire parler d’elle, nous en reparlerons dans une prochaine chronique.


Les descendants d’Agathe Gagné, en Haute-Côte-Nord, sont trop nombreux pour être nommés. On y retrouve plusieurs familles Boulianne de Tadoussac, Bergeronnes et des Escoumins mais aussi de d’autres villages.

 

 

Un "tip" pour l'auteure!?

Il vous suffit de déplacer le curseur afin de choisir le montant du tip!
Paypal est trop complexe?
Vous pouvez faire un virement  INTERAC à l'adresse suivante :
admin@finmot.net
mot de passe : histoire
Vers la droite, ça coûte plus cher!
C'est généreux!
C'est cher pour un texte, non?
Vous êtes certain?
Ben coudon!
Thank you very much !

Pssst!
La langue française, si belle et si précieuse, demeure néanmoins ardue à écrire. Si vous voyez des fautes, s.v.p., ne vous gênez pas de commenter afin de les souligner. Merci!

5 commentaires sur “Illégitimes en Charlevoix (4) :
Le cas d’Agathe Gagné

  1. Gilles Martel

    Bonjour !
    Vous êtes une amoureuse de la généalogie et de la vérité et c’est ce qui rend vos textes aussi intéressants et vivants.

    Bonne journée !

    Répondre
  2. Laurent Jomphe

    Toute une recherche … bravo ! et c’est sans compter Agathe Gagné née aux Éboulements le 7 juin 1801 qui a épousée mon ancêtre maternel Daniel Desrosiers le 9 janvier 1827 à Rimouski. Bonne journée !

    Répondre
  3. Solange Tremblay Maloney

    Félicitation pour ce beau documentaire, et quel travail; je l’ai cherché pour le dictionnaire sur les Boulianne sans succès; en plus je suis de sa lignée…..vous me battez à plate couture haha; Merci, vous êtes très compétente et une très bonne généalogiste. Bye.

    Répondre
  4. Lucie Thibeault

    Vous m’éclairez beaucoup, j’ai fait énormément de recherche sur Agathe qui avait épousé Bernard Boulianne, mes ancêtres. J’étais bloquée dans mon arbre généalogique.

    Vous avez fait du beau travail.

    Merci beaucoup

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *